Poésie

ð Accueil-Ara

Ara Alexandre Shishmanian est l’auteur de 23 volumes de poésie en roumain (parus en Roumanie depuis 1997 et, depuis 2019, en autoédition en France), et de cinq recueils en français (dont trois parus à l’Harmattan, depuis 2014, et deux en cours de publication).

Quelques appréciations:

en roumain

„Ara Alexandru Şişmanian îşi concepe lirica în cicluri: Triptic (Priviri, Ochiul orb, Tireziada), Migrene, Neştiute, Absenţe.(…)  Poetul tinde spre esenţe pure (…). Înţelesurile cuvintelor se luminează uneori, alteori se încifrează sau povestesc abrupt despre tăcere, absenţă, golul din priviri, lacrimi, pante coborâte, fantasme spulberate, întunericul din care „izvorăsc halucinaţiile”, lumi spectrale, labirint existenţial, mental, lăuntric, al memoriei, limbajului etc. Într-o posibilă inversare a lumilor, s-ar putea zări ca-n vis neştiutele şi etern căutatele lumi neîncepute.”

Sonia Elvireanu, în Neuma, mai-iunie 2019.

„Migrenele se autogenerează fascinant, în cadrul unui proiect poetic puţin obişnuit. Autor solitar, dificil, incomod, Ara Alexandru Şişmanian îşi urmează calea lirică ad inferos, aducînd la suprafaţă străluciri bizare.”

Paul Cernat, în Ararat, 2007

„Ara Alexandru Şişmanian este autorul unor versuri superbe care ne încântă adesea prin pregnanţa lor de definire poetică, apropiată de oracular. (...) Înlănţuirea imaginilor e debordantă, dar prin ele şi dincolo de ele se trasează câteva teme fundamentale în ce priveşte miturile proprii ale poetului: haosul, neantul, vidul, infernul, abisul şi, mai cu seamă, raporturile fenomenologice dintre lucruri şi privire. Căci, precum un Tiresias modern (ori post-modern), Ara Alexandru Şişmanian ne îndeamnă spre profunzimea nevăzută: "Închide ochii ca să deschizi privirea".”

Dan Cristea, postfaţă la Triptic, 2001

en français

« On lira cet ouvrage comme un poème dramatique, comme une longue prose où les mots s’enchaînent et se déchaînent, s’entrelacent, s’entrechoquent, se confondent et renaissent … en une symbiose onirique voulue et permanente. (…) Livre apocalyptique tout autant qu’atypique, d’une intensité folle, où tournoient les mots, les références, les concepts, les illusions, aussi. Livre dans les tourments d’êtres et de non-êtres, entre surréalisme et prière laïque : à lire à voix haute, comme l’écrit Dana Shishmanian, traductrice et préfacière de cet ouvrage hors sentiers battus. »

Claude Luezior, Recours au poème, février 2021

« La poésie d’Ara Alexandre Shishmanian n’est précisément située ni dans le temps ni dans l’espace, ce choix lui confère une portée générale, apte à toucher universellement tous ceux qu’interroge notre humaine condition. »

Martine Morillon-Carreau, Poésie/première, n° 74, septembre 2019.

« Poésie métaphysique, poésie "cognitive", la poésie d'A.A Shishmanian est aussi très profondément une poétique de l'incarnation et de l'espoir de délivrance. (…)

La hardiesse et la force des images entraîneront le lecteur à partager l'expérience paradoxale de ces métamorphoses jaillissantes : intrépide et inspiré, il se peut qu'il avance aussi à la rencontre d'une idéale fleur de poésie, comme celle de Novalis. »

Marilyne Bertoncini,  Recours au poème30 juin 2016

Lire/télécharger:

en roumain

§ Triptic: Priviri, Ochiul orb, Tireziada (Tryptique: Regards, L'œil aveugle, Tirésiade), 2001

§ Absenţe (Absences) I-V, 2009-2021

- Absenţe 1 (2009)

Absenţe 2 (2010)

Absenţe 3 (2011)

Absenţe 4 (2012)

- Absenţe 5 (2021)

§ Migrene (Migraines) I-VI, 2003-2017

Migrene 1 (2003)

Migrene 2 (2004)

Migrene 3 (2005)

Migrene 4 (2006)

Migrene 5 (2007)

Migrene 6α (2016)

Migrene 6δ (2017)

§ Neştiute (Méconnues) I-V, 2012-2018

Neştiute 1 (2012)

Neştiute  2 (2013)

Neştiute  3 (2015)

Neştiute  4 (2018)

Neştiute  5 (2018)

§ Menuetul menestrelului morbid (Le ménuet du ménestrel morbide), 2019

§ Dernière parution : Staze şi Enstaze (Stases et Enstases), 2021.

en français

§ Fenêtre avec esseulement, 2014

Feuilleter ; Commander.

§ Le sang de la ville, 2016

Feuilleter ; Commander.

§ Les non-êtres imaginaires, 2020

Feuilleter ; Commander

§ Mi-graines, 2021

Feuilleter ; Commander

Il a publié des groupages de poèmes dans de nombreuses revues roumaines, dont dernièrement : Poezia (2/2018), Luceafărul (6/2018, 10/2020), Discobolul (4/2018, 4/2020), Vatra (3-4/2019, 10-11/2020), Bucovina literară (1-2-3/2019, 7-8-9/2020, 7-8-9 2021),  Ararat online (7/2020), Leviathan (nr. 4/2020), Convorbiri literare (nr 2/2021), Euphorion (nr 3/2021).

Il a également publié des poèmes en français dans des revues imprimées (Poésie/première Intervention à Haute Voix, À l’index, Concerto pour marées et silence, revue, n° 13 - 2020) ou en ligne (Capital des mots,  Recours au poème, Poésie pour tous, La Levure Littéraire, La toile de l’Un, Le Temporel, Le Pan Poétique des Muses, Francopolis), ainsi que dans des anthologies (L'éveil du myosotis, 2014, Les poètes et le cosmique, 2015, Les Poètes,  l’Eau, et le Feu, 2017, Anthologie de l’émerveillement, 2021, éditées par Jean-Pierre Béchu et Marguerite Chamon, D’écriture en écriture, 3e tome de l’anthologie des auteurs de la Gazette de la Lucarne, 2015, Anthologie poétique de Flammes Vives 2016, vol. 1).

Trois poèmes traduits en anglais par la poétesse québécoise Flavia Cosma sont parus en juillet 2016 dans la revue internationale en ligne Ragazine. Enfin, l’anthologie Gefährliche Serpentinen. Rumänische Lyrik der Gegenwart, de Dieter Schlesak (Edition Druckhaus, Berlin 1998) inclue un poème traduit du cycle Priviri (Blicke).

Parmi les chroniques à ses volumes en français, citons :

-    Gertrude Millaire (Francopolisoctobre 2014),

-    Roselyne Fritel (Le temps bleu26 avril 2015),

-    Guy Chaty (Poésie/première, n° 62, septembre 2015),

-    Monique W. Labidoire (Poésie sur Seine, n° 90, décembre 2015),

-    Marilyne Bertoncini (Recours au poème30 juin 2016),

-    Antoine de Matharel (Poésie sur Seine, n° 94, avril 2017),

-    Patricia Laranco (Recours au poème30 septembre 2017),

-    Martine Morillon-Carreau (Poésie/première, n° 74, septembre 2019),

-    Dana Shishmanian (Francopolis, essai, avril-mai 2020),

-    Monique Labidoire (Francopolis, avril-mai 2020),

-    Claude Luezior (Recours au poème, février 2021).

-    Nicole Hardouin (Francopolis, mars-avril 2021).